LES QUESTIONS
EN SUSPENS

Réconcilier nos attentes et la réalité économique.


Toute idée de révolution ne ferait qu'aggraver la situation des plus fragiles.
Il faut affronter la réalité. Pour cela il faut d'abord
Se préparer à :

  • Accepter notre déni
  • S’affranchir d’un optimisme crédule (il n’y aura pas de problèmes) et opter pour un optimisme de combat (il y aura des problèmes que nous saurons gérer)
  • Admettre que toutes les grandes vertus ont été perverties
  • Bien comprendre les vertus du libéralisme originel et l’inéfficience toxique du néo libéralisme
Enfin accepter les 3 contraintes majeures :
  • L’Homme doit être remis au centre du village
  • La nature doit être préservée
  • Les civilisations doivent être protégées

J’appelle tout étudiant, doctorant, journaliste, enseignant, chercheur, entrepreneur convaincu ou interrogatif sur mon constat de m’indiquer leur désir de participer à une réflexion sur 5 questions majeurs :

  1. Pourquoi la décroissance des gains de productivité semble irréversible depuis tant de décennies baignées d’un progrès technologique ?
  2. Pourquoi la fausse croissance des 30 dernières années a nécessité une augmentation de l’endettement dans des proportions plus importantes?
  3. Quels sont les conséquences prévisibles sur les politiques collectives de santé, d’éducation et d’infrastructure en passant d’une fausse croissance de +1,5% à une vraie croissance négative de -0,5% ?
  4. Combien de temps faudra-t-il pour désintoxiquer la planète d’un excès de dette?
  5. Quelles est l’ordre des priorités dans cette transition entre l’emploi, la sécurité, le climat et les pérennité financière?